lundi 18 décembre 2017

REVIEW // 10 campings islandais

Salutations petit lutin! Nous voilà retrouvés pour ce dernier article sur l'Islande (enfin!) et il s'agit encore une fois d'un article très pratico-pratique. Dans le précédent, je te donnais mes conseils pour partir en été et à présent, je me dis que ça pourrait être sympa d'avoir des avis sur les campings dans lesquels nous avons logé car Internet et Tripadvisor ne sont pas forcément à jour ou très précis là-dessus. Pour rappel, durant l'été 2017, le cours de l'ISK/Euro était le suivant: 115 ISK ~ 1€


Petit problème majeur dans la rédaction de l'article: je n'ai pas de photos des installations dont je vais te parler. Je n'ai pas pensé à prendre ce genre de trucs en photo quand j'étais sur place donc il faudra être un peu développé du pois chiche pour visualiser la chose... Sorry! ^^



Chaque numéro indique la position approximative des campings sur la carte.


01 - Reykjavík

Prix: 2.200 ISK la nuit par personne, accès aux douches, aux cuisines, à la salle commune et à l'électricité courante (pas pour ton camping car donc).

Avis: Notre première visite au camping fut désastreuse: trop de monde, un temps de merde, des communs surpeuplés avec des gens mal élevés, un petit enfer. Mais la deuxième fois, ça s'est beaucoup mieux déroulé. Il faisait beau, le camping était toujours autant peuplé mais les espaces communs fermés étaient plus accessibles (puisque les gens aiment mieux rester en extérieur). Ce qui est top niveau confort, c'est la cuisine (avec des poêles, des petites casseroles, des assiettes, etc.) qui est équipée avec les restes des précédents voyageurs. Par exemple, on y retrouve mille pots de sel, de l'huile, etc. Donc avant d'aller faire vos courses, vous pouvez aller là-bas, dans les paniers qu'on met à disposition et faire votre marché. Il y a la même chose pour le papier toilette, les bonbonnes de gaz, les chaussures (beurk... *avis personnel*), le matos de camping... Le plus cher mais l'incontournable!

02 - Leirubakki

Prix: 1.100 ISK par personne la nuit, accès aux douches compris.

Avis: Pas d'espace réellement commun dédié au camping si on excepte la petite cafétéria reliée à l'hôtel mais les sanitaires sont vraiment pas mal, gratuits, il y a de l'eau chaude et même carrément une piscine naturelle d'eau chaude à disposition! C'est le meilleur rapport qualité/prix qu'on ait trouvé de tout le séjour! Le seul bémol, c'est qu'il y a seulement deux douches pour tout le camping (une pour les hommes, une pour les femmes) donc il faut bien choisir son timing. A part ça, aucun minutage imposé pour la douche et ça c'est top! 

La piscine de Leirubakki - alimentée en eau chaude naturelle

03 - Vík

Prix: 1.500 ISK par personne la nuit, 200 ISK la douche

Avis: Ce camping a été le premier du séjour avec une salle commune accessible. On en a bien eu besoin quand on voit le périple que nous avons traversé pour y arriver. Le camping est organisé autour d'une structure hexagonale avec plusieurs parties dédiées à un usage particulier. La salle commune est assez bien équipée avec du wifi, des prises accessibles, des éviers, des grilles pains, une bouilloire mais pas de taques de cuisson. Chacun avait son réchaud et son équipement de cuisine pour se faire à manger. La douche est un peu rudimentaire et la porte de la mienne fermait mal avec un simple rideau de séparation avec ma voisine. Le plus embêtant restait les courants d'air dus à la structure et au toit en tôle qui laissait passer un peu de vent. Les deux minutes de douche sont indiquées sur une affiche placardée au mur mais il n'y a pas de compteur d'eau qui s'éteint automatiquement. En revanche, il nous est demandé de ne pas abuser de l'eau pour que chacun puisse en avoir (de l'éducation et du bon sens quoi). Le personnel avait tendance à faire confiance car aucun contrôle n'a été fait et nous avons simplement dit que nous avons pris une douche le matin, avant de repartir, pour la payer. 
La voiture ne peut être laissée à côté de la tente, elle doit être laissée sur le parking.


04 - Höfn

Prix: 1.650 ISK par personne la nuit + 50 ISK par douche (2 min.)

Avis: Ce camping est grand, disposé sur plusieurs niveaux et avec des emplacements réservés aux campings cars. La voiture peut être laissée à côté de la tente, ce qui est bien plus pratique quand on doit replier la tente tous les jours. Il y avait une salle commune ouverte et une fermée, pas très grande donc très souvent occupée. Heureusement, il a fait suffisamment beau et bon pour que l'on puisse rester dans l'espace commun extérieur où se trouvait un évier avec du matos de cuisine (assiettes, casseroles, etc. pour se faire à manger, disponible en prêt tant que tu nettoies ce que tu utilises - logique et du bon sens encore une fois donc). Cette fois, la douche était totalement isolée en dur, avec un compteur d'eau et était propre, avec une raclette pour qu'on puisse racler le sol pour faire du propre pour la personne suivante. Mais à nouveau, il n'y avait qu'une seule douche du côté femme pour tout le camping... 

Vue du camping d'Höfn



05 - Atlávik

Prix: 1.400 ISK par personne la nuit + 100 ISK de taxe (peu importe le nombre de personnes), aucune douche.

Avis: Situé dans la forêt d'Hengifoss (la seule sur l'île), c'est un des campings que j'ai préférés malgré l'absence de douche. L'environnement est idéal pour y passer des vacances, le prix est correct et il y a quand même des sanitaires pour faire sa vaisselle, aller aux toilettes, se laver à l'évier... Situé au bord du lac et parmi les arbres, nous y avons croisé des familles qui venaient y passer leurs vacances d'été, très peu de touristes comme nous finalement (et quand on voit le comportement de certains, c'était pas plus mal, vraiment!). Si on retourne de ce côté de l'île, on ira là, c'est certain. ♥

Vue sur le lac depuis le camping d'Atlávik


06 - Asbirgy

Prix: 1.700 ISK par personne la nuit, 500 ISK la douche (5min.) + machine à laver (500 ISK) et cabines à sécher

Avis: Un des plus grands campings auquel nous soyons restés et un des plus chers! Pour y arriver depuis Dettifoss, il faut parcourir une route très caillouteuse sur une trentaine de km (pas du tout goudronnée donc fais gaffe si tu loues une voiture de ville comme nous). Le camping se situe dans une falaise en forme de fer à cheval, ce qui peut avoir un certain charme si ça ne répercutait pas tous les sons...! Nous nous étions mis en bord de falaise, le plus éloignés possibles des voisins les plus proches pour avoir la paix mais les bruits se répercutaient en écho donc au final, nous aurions pu nous installer plus proches du bloc sanitaire... ^^ Aucune salle commune mais des infrastructures sanitaires au top (elles peuvent bien vu le prix auquel on doit les payer!). La douche se fait à nouveau sur compteur: il faut insérer les pièces dans la machine qui fait couler l'eau pendant 5min sans interruption, pas très pratique pour ne pas en gâcher mais on en profite jusque la dernière goutte. Le gros avantage de ce camping, c'est la machine à laver. Comme nous arrivions à la moitié du séjour, c'était le point incontournable pour donner un coup de frais à nos vêtements sales. 


07 - Hlid 

Prix: 1.750 ISK par personne par nuit, douches comprises

Avis: Je crois que c'est un des campings qui m'a le plus déçue du séjour... Autour du lac Myvátn, il n'y a que 2 campings renseignés par le Routard: celui-ci et le Bjarg. Gros problème du Bjarg: les mouches. Honnêtement, c'était une infection, il y en avait des nuées qui nous collaient dès qu'on sortait de la voiture. Personnellement, ça nous aurait trop énervé d'avoir affaire à des mouches collantes pendant 2 jours donc nous n'avons pas vraiment eu le choix du camping ^^ 
Les circonstances dans lesquelles nous sommes restés au Hlid n'ont pas joué en leur faveur: il n'y avait pas d'eau chaude durant les deux jours où nous sommes restés car le tuyau d'approvisionnement avait lâché et la Ville travaillait dessus pour le réparer... Ça + le fait que le camping réclamait 100 ISK pour profiter d'une prise (afin de recharger n'importe quoi), ça ne me donne pas très envie de leur donner un bon avis. Une salle commune est disponible pour manger avec des taques de cuisson, les sanitaires sont en "dur" et propres. 


08 - Hvammstangi

Prix: 1.200 ISK par personne par nuit, sans douche (mais 200 ISK la douche à la piscine communale)

Avis: Le camping est très vaste et une partie est réservée aux tentes. La salle commune est en dur et est chauffée avec un petit coin cuisine et wifi prévu dans le prix de la nuit, avec environ 9 tables. Un évier à l'extérieur est aussi disponible et des toilettes, accolées au bâtiment. En revanche, point de douche mais la piscine communale fait un prix pour les campeurs qui annoncent venir simplement prendre une douche et ne pas profiter de la piscine (en plein air svp!).

Les phoques - attraction principale de la péninsule de Vatnsnes

09 - Stykkisholmur

Prix: 1.400 ISK par personne par nuit, douches comprises, + 100 ISK de taxe

Avis: Nous avions prévu de rester deux nuits à Hvammstangi mais finalement, nous avons repris la route et le soir suivant, nous nous sommes arrêtés à ce camping sur la route dans notre parcours de la péninsule de Vatnsnes. Au bord d'un terrain de golf (il faut le savoir quand la tondeuse matinale démarre! ^^), le camping est vaste et plat. Il n'y a pas de salle commune et les douches sont à l'air libre, dans un coin du bloc. Les toilettes, elles, sont à l'abri et une vaste toilette PMR m'a permis de me laver à l'évier car il faisait bien trop froid pour que je me lave à l'air libre. ^^


10 - Eldborg

Prix: 1.200 ISK par personne par nuit, 700 ISK accès aux douches et à la piscine


Avis: Le camping est attenant à l'hôtel du même nom. Ils possèdent en fait un très grand jardin dans lequel des campeurs installent leur tente ou leur camping car. Une toute petite salle est accessible en sous-sol depuis l'arrière de l'hôtel pour profiter d'une petite table, de deux chaises, d'un réchaud avec deux plaques et d'un évier. Sur la route, nous avions pu profiter d'une superbe piscine naturelle/source chaude (à Lyusdal) donc nous n'avons pas essayé les infrastructures sanitaires de l'hôtel... 


Nous arrivons donc au bout de ce dernier article islandais. Au total, pour deux, sur 14 nuits de campings, nous en avons eu pour 46.550 ISK, soit environ 400 J'avais envie de conclure par le fait que les campings ont l'air d'être chers mais ce n'est rien à côté des guests houses ou des hôtels... L'avantage de ce mode d'hébergement, c'est que la réservation n'est pas indispensable et que le voyage peut être bien plus flexible. Au final, moi qui n'avais jamais campé en tente, je m'en suis bien sortie avec l'équipement que nous avions prévu. Si tu as encore des questions sur la préparation de notre voyage, tu peux aller voir les articles précédents et/ou me poster un commentaire ou m'envoyer un e-mail pour avoir plus d'informations!




A bientôt pour de nouvelles aventures! ▲


mercredi 13 décembre 2017

Routine Slow cosmétique pour peau mixte et sensible

Salutations mes petits lutins! Aujourd'hui, c'est un rendez-vous beauté qui nous réunit et c'est plutôt une bonne nouvelle. Malgré tout mon parcours avec les cosmétiques depuis mon adolescence, lorsque j'ai ouvert ce blog il y a 2 ans, ma routine visage n'était pas fixée. J'ai essayé beaucoup de produits différents ces 8 dernières années et j'ai la satisfaction ronflante de pouvoir dire que j'ai trouvé ma routine bio, naturelle, slow cosmétique depuis quelques mois. J'en ronronnerais presque, je te jure.




Je ne vais pas partir dans une digression monumentale des produits que j'ai essayé ces dernières années, ce serait inutile. Ce qui me posait le plus question et le plus problème dans la stabilisation de mes soins, c'était l'hydratation. J'ai utilisé pendant très longtemps la crème Boréade R (le soin réparateur apaisant pour peaux acnéiques) des laboratoires Noviderm. Elle n'était pas bio mais la composition me convenait et surtout, surtout: elle m'hydratait la peau sans lui donner de boutons. 

Pendant des années, j'ai lutté contre mon acné et il m'arrive encore d'avoir quelques boutons et imperfection aujourd'hui (qui me gênent de moins en moins d'ailleurs). Cela dit, je dois avouer que l'état de ma peau s'est amélioré et stabilisé depuis cet été lorsque j'ai commencé à faire deux choses. 

Premièrement: j'ai arrêté/nettement diminué l'application de fond de teint

Le pari était gros de partir en vacances sans maquillage l'été dernier. Et finalement, cela m'a aidée à mieux m'accepter au naturel, supporter le regard des gens (qui n'existait pas en fait) et à laisser vivre ma peau ses trucs de peau. Je sais qu'on dit toujours "Oui mais ce qui importe, c'est de bien se démaquiller". Certes, c'est important mais je vois une différence entre le mois de juin et aujourd'hui. Car j'ai continué à ne pas me maquiller ou peu me maquiller le teint lorsque nous sommes rentrés d'Islande et globalement, ma peau s'en sort bien. Alors je continue! :) 


Deuxièmement: j'ai trouvé ma routine

C'est pour ça que tu as cliqué sur le titre après tout, donc je te donne ce que tu recherches. D'abord, sache que je fais exactement la même chose matin et soir. Il se peut que quelques fois, je divague ("vague!") et je change le produit nettoyant/démaquillant mais le reste ne varie pas (je n'ai rien d'autre, c'est aussi en partie pour ça haha).

Fun ethic Bioflore


Le nettoyage/démaquillage se fait avec un coton démaquillant bi-face Les tendances d'Emma (dont je t'ai parlé dans cet article) et l'eau micellaire Avoir 20 ans de Fun'Ethic. L'énorme avantage de ce produit, c'est qu'il est bon marché et très doux pour ma peau mixte et sensible. L'autre avantage de ce combo gagnant, c'est la réduction des déchets dans la salle de bain puisque je ne remplis plus la poubelle avec les cotons Demak'up.  

Le rinçage se fait avec beaaaaucoup de sprays d'hydrolat de lavande de la marque Bioflore que j'achète directement au format 1L, commandé exprès pour moi par l'adorable vendeuse de chez Mahalo à Liège. Je n'utilise pas d'eau du robinet à cause du calcaire, véritable infection dans l'eau de ma région... 

Enfin, l'hydratation se fait sous la forme d'un oléogel. Ma peau a tendance à la déshydratation et à la formation d'imperfection donc j'ai mixé mon gel d'aloe vera (pour l'hydratation) avec de l'huile de nigelle (pour la nutrition et la lutte contre l'acné), tous deux de la marque Bioflore de nouveau. [ J'en profite pour glisser que Bioflore est une marque belge, slow cosmétique de très grande qualité et que vous pouvez tester leurs produits les yeux fermés. ♥ ] Je mets 3 gouttes au creux de ma main et j'ajoute une demi-pompe d'aloe vera avant de mélanger les deux produits et de l'appliquer sur le visage. Parfois, lorsque ma peau fait quelques caprices, je n'utilise que l'huile (3 gouttes) deux ou trois soirs d'affilée. Le matin, je la mélange toujours avec de l'aloe vera, ce qui permet une bonne absorption rapide du produit par la peau et l'application de maquillage derrière si je le souhaite. 

... Et c'est tout! Pas besoin d'en faire des tonnes avec 8 couches de produits pour arriver au résultat qu'on espère. Je suis vraiment ravie d'avoir trouvé ces produits en combinaison parfaite.

L'hiver arrive et le froid aussi. Par conséquent, j'adapte un peu cette routine en ajoutant de l'huile d'argan le soir (toujours Bioflore) et pour les quelques petits boutons persistants qui pointent le bout de leur nez en cette saison, j'ai prévu de tester un soin spécifique Sdk... Je vous en reparlerai... ;)


# Où trouver ces produits? Clique sur les liens pour avoir accès aux fiches produits et pour commander sur la Marketplace Slow cosmétique ↓


Quelle est ta routine de soin? Utilises-tu des produits bio/slow? Quelle a été ta dernière révélation soin?

dimanche 26 novembre 2017

Petits bonheurs d'Automne 🍁

Avant que l'hiver n'arrive et n'infiltre nos vêtements par des courants d'air sournois, se glissant sous nos multiples couches savamment disposées, j'avais envie de revenir sur mes petits bonheurs qui ont fait cette saison d'automne. Je suis beaucoup plus adepte du printemps et de l'été mais l'automne sait aussi me charmer avec ses doux rayons de soleil, ses matins clairs et ses feuilles rouges-orangées envahissant les parcs de Liège. 



Depuis le mois de septembre, j'ai pris beaucoup de plaisir à faire revivre ma chaîne youtube et à remarquer que mes abonnés sont de plus en plus nombreux (876 aujourd'hui!!). Je prends donc aussi plus de temps pour lire afin de l'alimenter et le cercle est vraiment vertueux. ♥ 


En privatisant mes réseaux sociaux, je me suis rendu compte que j'étais beaucoup plus à l'aise car j'ai un oeil sur qui peut regarder mes publications ou non (bye bye les comptes russes chelous). Je vérifie chaque demande et ça me permet aussi de découvrir de jolis comptes et ça me touche qu'ils aient d'abord voulu s'abonner à mon compte. =)


J'ai adoré visiter Southampton en allant voir ma petite Panaïs à la fin du mois d'octobre. ♥ L'aller a été compliqué mais le temps sur place a été idéal et puis ça m'a fait drôlement plaisir de revoir cette amie qui m'avait très fort beaucoup manqué. ♥ ♥ (Cet article sera placé sous le signe des petits coeurs oui


Petits Bonheurs d'Automne à Southampton

Octobre, c'était aussi l'occasion d'une balade dans les bois pour ramasser des châtaignes et des feuilles mortes pour faire une jolie déco d'automne. C'était aussi le temps de la foire de Liège avec ses croustillons et ses lacquemants qui se réchauffent au petit déjeuner avec une tasse de thé. Les salades fraîches ont laissé la place aux gratins et aux raclettes pour le plus grand déplaisir de mes pantalons. J'ai aussi découvert le paprika fumé depuis ma visite à Southampton et désormais, j'en mets dans tout! 

Cet automne a aussi vu ma deuxième participation au challenge "Femini-Books" qui me plait toujours autant et grâce auquel j'ai fait de très belles découvertes, surtout au niveau bloguesque! Je me suis aussi lancé dans le défi du Pumpkin Autumn Challenge pour lequel je n'ai pas encore lu tous les livres prévus (il faut s'activer un peu là!).



Niveau écriture, j'ai laissé tomber mon carnet orange ce mois de novembre mais je me suis procuré un nouveau Leuchtturm 1917 (dans un superbe bleu) afin de consigner mes mémoires d'enseignante. Le temps file à une vitesse extraordinaire et je suis déjà dans ma quatrième année. Mes débuts sont à la fois mouvementés et stables, ce qui est paradoxal. J'avais envie de consigner des souvenirs de mes états d'âme, de mes débuts et de mes fins d'année scolaires. 


Il y a eu encore tant de choses mais je vais m'arrêter là. Le blog s'est un peu assoupi en cette période automnale alors que l'année dernière, je commençais à préparer avec frénésie mes petits bonheurs de l'Avent. Cette année, j'ai envie de m'occuper davantage de la chaîne mais des articles resteront prévus d'ici peu alors n'hésite pas à repasser par ici et me faire un petit coucou.  


Qu'est-ce que tu as aimé en automne cette année? 


mardi 17 octobre 2017

L'équilibre apporté par la reprise du sport dans ma vie

On le voit à peu près partout sur Instagram avec le lifestyle healthy qui te matraque la figure à coup de hashtags #fitness ou #perfectbody . Calmons-nous, détends-toi, ce n'est pas du tout de ça dont je vais te parler aujourd'hui. A dire vrai, je ne suis personne qui fasse ce genre de selfies, je tombe dessus par hasard parce que mes contacts y réagissent ou les partagent. (J'ai envie de dire: "non, moi, je suis des vraies personnes." mais ce serait médisant.

A vrai dire, je ne pensais pas un jour parler sur ce blog d'activité sportive. Tout le monde sait que pratiquer un sport est bon pour la santé et pourtant, un Belge sur deux est trop gros titraient encore LeSoir et la RTBF il y a quelques années. En ce qui me concerne, j'ai arrêté de pratiquer du sport à 17 ans pour ne le reprendre que vers mes 25 ans de manière régulière. Mon excuse? Le travail et la fatigue. (Bon, ok ça fait deux excuses.) De fait, je m'enrôle facilement dans un cercle vicieux qui me fait travailler et délaisser tous les autres aspects de ma vie, même l'activité physique. 


Photo by Ryan Moreno on Unsplash

Mais il y a quelques mois, j'ai lu un article sur la reprise du sport (si je retrouve le blog, je te le mettrai en lien car il était vraiment top mais je ne remets pas la main dessus) et l'auteur y expliquait qu'il fallait de vrais objectifs pour s'y mettre. Qu'un truc vague comme "être en bonne santé" ne suffisait pas pour tenir sur la longueur. A cette époque, j'avais l'envie mais pas la motivation. Pour preuve, dans mon carnet de développement personnel, j'avais indiqué "m'inscrire à la salle de sport" dans les objectifs de mars et d'avril ... pour finalement le faire début mai! Le déclic? La réservation des vacances en Islande cet été. On avait prévu de faire de la marche et le tour de l'île. Quand j'ai posé les yeux sur mes cuisses toutes flubby, je me suis dit qu'une remise en condition physique ne pourrait que me faire du bien. 

Au départ, j'avais donc un objectif purement physique. Pas de kilos en moins, juste une meilleure condition physique. Et petit à petit, les effets sur le moral ont commencé à pointer le bout de leur nez aussi, sans qu'ils ne soient recherchés. J'ai repris le sport en pratiquant des cours collectifs (Tae bo et zumba), l'un seule, l'autre avec une amie. Ça a été difficile les premières fois, mon corps était fatigué, rouillé par le manque d'activité et d'efforts, il était devenu paresseux. Mais il n'avait pas oublié ce bien-être qu'on ressent après le sport, une fois qu'on est sous la douche bien chaude pour évacuer tous les restes de stress et de transpiration. Cette sensation d'accomplissement une fois qu'on est arrivé au bout d'1h intensive de tae bo et qu'on a eu mal pendant les exercices et qu'on a voulu arrêter 10 fois mais qu'on a continué parce qu'on est en groupe (et que ce serait la loose de se barrer au milieu du cours aussi).

Au bout du compte, les semaines passent, les entraînements s'enchaînent et je me surprenais à avoir envie d'y aller. A la fin de l'année passée, j'avais hâte de m'y rendre pour évacuer mon stress, pour faire autre chose en dehors de ma peine quotidienne, voir d'autres personnes, assumer plus facilement mon corps, voir mes cuisses se raffermir, me dire qu'en voyage, j'arriverais peut-être bien à tenir le coup finalement... Voir que le sport a réintégré ma vie me donne l'impression que la balance penche du bon côté, que je suis sur une meilleure pente qui me permet de voir la vie du bon côté.

Désormais, ma routine sport est relativement bien établie et j'adore m'y rendre. Je pense que c'est important de prendre soin de son corps et de son mental à travers ce genre d'activité pour agir sur notre métabolisme. Je ne sais plus dire pourquoi j'avais arrêté d'ailleurs... ! Grâce à mes deux à trois heures par semaine, je suis en meilleur forme, de meilleure humeur, j'ai plus d'énergie et j'ai rencontré de nouvelles personnes!


Et toi, tu pratiques du sport? Quels sont les bienfaits que tu recherches avec ton activité physique?